Génie 4.0 glm conseil dans la presse +

Génie manufacturier 4.0

Innovation

la transformation numérique est maintenant indispensable

Après la mécanisation, la production de masse et l’automatisation, le numérique marque la quatrième révolution industrielle. Tout comme les technologies précédentes à leur époque, le virage numérique est inévitable pour qui cherche à se montrer concurrentiel, bien qu’il demeure mystérieux pour de nombreux entrepreneurs. « Il n’existe pas de logiciel magique pour optimiser les opérations », avise toutefois Benoit Cormier, fondateur de la firme GLM Conseil. Voici plutôt comment cet expert recommande d’entreprendre le virage.

Le plan numérique et la stratégie d’affaires

Beaucoup de propriétaires d’entreprise croient en un raccourci vers le fil d’arrivée en se lançant trop tôt dans la recherche d’un logiciel de gestion. Or, le numérique ne doit pas être vu seulement comme la solution à un problème, mais plutôt comme la suite d’une stratégie d’affaires. « Il faut comprendre les enjeux du marché et les orientations stratégiques de l’entreprise, et mesurer la situation réelle », explique Benoit Cormier.

On doit aligner les opérations et le comportement d’abord, sinon on risque de numériser le chaos »

— Benoit Cormier, fondateur de la firme GLM Conseil

L’urgence d’évoluer

Il serait impensable aujourd’hui pour un manufacturier de demeurer concurrentiel sans électricité, sans chaîne d’assemblage et sans ordinateur. C’est pourtant la menace qui guette les retardataires du virage numérique. « Les données sont là et proviennent de partout : des clients, des utilisateurs, du web… Si on ne va pas les chercher, on prend du retard », fait valoir l’homme derrière GLM Conseil.

Par exemple, une entreprise qui offre ses services par l’entremise d’un portail utilisateur est en mesure de bâtir des historiques d’achat hautement détaillés, sans effort humain. Ces informations deviennent ensuite de précieux outils pour mieux comprendre le marché, identifier des tendances ou même monétiser les données auprès de fournisseurs, tout en se transformant en avantage de taille face aux concurrents.

Des pièges à éviter

Souvent proposées à des prix mensuels attrayants, les plateformes de type SaaS (Software as a Service) présentent en contrepartie des risques importants. « Ces solutions ne vous permettent pas de faire la gouvernance de vos données, met en garde le consultant. Si vous arrêtez de payer votre licence, c’est terminé ! » Plutôt que de chercher un seul logiciel comblant tous les besoins, l’expert recommande d’adopter un ensemble de solutions technologiques qui répondent aux différents besoins d’affaires.

Passer à une culture de métamorphose

Les entreprises qui réussissent leur transformation numérique sont celles qui pensent en fonction d’une chaîne complète, du fournisseur de composantes jusqu’à l’utilisateur final ; ce que Benoit Cormier décrit comme une « culture de métamorphose ». « On devient davantage une plateforme, et en encourageant le travail en réseau plutôt qu’en silo, on permet à tout le monde de collaborer ensemble. »

Savoir déléguer aux bonnes personnes

Pour mener un virage numérique, un dirigeant de PME doit développer ses propres connaissances ou savoir déléguer aux bonnes personnes. Un spécialiste des technologies de l’information (TI) connaît l’infrastructure des communications d’une entreprise, tandis qu’un comptable aura le pouls des finances. Or, ces employés ne sont pas nécessairement aptes à gérer la productivité ou à implanter les nouvelles technologies, d’où l’intérêt de faire appel à une expertise externe.

« Un bon consultant est celui qui aide son client à devenir autonome »

— Benoit Cormier.

Un travail en continu

Selon sa complexité, la création d’un plan numérique peut nécessiter de trois semaines à trois mois — mais sa réalisation n’a pas de fin. « La transformation numérique n’est pas un projet, mais bien un changement de culture au quotidien, précise le conseiller. Il y a toujours des occasions de s’améliorer et des cycles de vie aux produits. »

Contrer la pénurie de main-d’œuvre

Alors que la croissance de nombreux manufacturiers est freinée par la pénurie de main-d’œuvre, le virage numérique peut alléger les besoins de personnel. « En automatisant certaines tâches, on élimine les métiers qui présentent peu de valeur ajoutée, comme la retranscription de données », explique Benoit Cormier. Des outils numériques performants peuvent également améliorer l’expérience de travail des employés, en plus de rendre l’entreprise plus attirante au moment du recrutement.

Génie 4.0 : prenez le virage vous aussi

Le 26 février 2019, à Montréal

Le virage numérique soulève de nombreuses questions. Comment augmenter la productivité grâce à l’automatisation ? De quelle façon impliquer les employés dans la transformation ? Comment adapter son modèle d’affaires ? Pour les besoins de cette journée-conférence intitulée Génie 4.0, l’organisme Genium360 a réuni des conférenciers, des panellistes et des spécialistes qui discuteront des meilleures pratiques de l’industrie.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.

Commencez à écrire ici ...